Jack Jeffrey et Bernadette Phan

flogo

Heures d'ouverture de la galerie :
du lundi au vendredi de 10h à 12h et de 15h à 19h.
Le samedi de 10h à 12h et de 15h à 18h.

Galerie du Tableau

item2
item2 item2 item2
item2

Diem Perdidi est une association créée en 1990 et dont l’objet est " la promotion des artistes plasticiens de la Région Provence Alpes Côte d’Azur ".

Depuis 1991 Diem Perdidi gère la Galerie du Tableau, rue Sylvabelle, à Marseille.

C’est un petit espace agrandi par le temps. En proposant un artiste par mois, la Galerie du Tableau, n’aurait pu en vingt-deux ans n’en proposer que deux cents.

Pour l’heure ce sont deux mille expositions et plus qui ont eu lieu.

Le 17 décembre 1990, un " microbe " de Max Ernst était proposé pour l’inauguration. Une épidémie s’est, ce jour-là, déclarée.

Dans cette galerie sont exposées des oeuvres d’art contemporain avec cette singularité que les expositions se déroulent selon un rythme bimensuel. Autrement dit un lundi sur deux a lieu un vernissage. Ainsi plus de 2000 artistes, pour la plupart de la Région PACA, ont pu présenter leurs travaux à la Galerie du Tableau.

Outre cette activité régulière, Diem Perdidi organise des manifestations qui permettent des échanges internationaux : Il s’agit alors soit de permettre aux artistes de la Région d’exposer à l’étranger, soit d’organiser l’accueil d’artistes étrangers dans la Région PACA.

Diem Perdidi

Mourad Messoubeur : exposition du 23 avril au 05 mai 2018

L'ÉTONNEMENT DE LA RÉALITÉ.

Le champignon atomique n'était pas seulement un nuage, c'était aussi l'entrée dans une ère où la menace est dépassée. Mourad Messoubeur trouve et arrête des images et des symboles à la frontière de l'atome et des micro organismes issus de la moisissure , il provoque ainsi des accidents esthétiques qui vont évoquer chez nous des mondes infinis, à priori incompatibles, mais qui seront à notre regard l'étonnement de la réalité.

La transposition au dessin ouvre ainsi à l'infiniment petit les voies du gigantisme aux limites du ciel. Je laisse à Baudelaire cette conclusion:

L’ÉTRANGER

— Qui aimes-tu le mieux, homme énigmatique, dis ? Ton père, ta mère, ta sœur ou ton frère ?— Je n’ai ni père, ni mère, ni sœur, ni frère.

— Tes amis ?— Vous vous servez là d’une parole dont le sens m’est resté jusqu’à ce jour inconnu.

— Ta patrie ?— J’ignore sous quelle latitude elle est située.

— La beauté ?

— Je l’aimerais volontiers, déesse et immortelle.

— L’or ?— Je le hais comme vous haïssez Dieu.

— Eh ! Qu’aimes-tu donc, extraordinaire étranger ?— J’aime les nuages… les nuages qui passent… là-bas… les merveilleux nuages !

Catalogues en PDF des expositions précédentes à télécharger

 2009
 2010
 2011
 2012
 2013
 2014
 2015

Avec le soutien de :

logos

En partenariat avec :

parisARTNoirRougeBlanc72
 2016
 2017
FreeCounter