Jack Jeffrey et Bernadette Phan

flogo

Heures d'ouverture de la galerie :
du lundi au vendredi de 10h à 12h et de 15h à 19h.
Le samedi de 10h à 12h et de 15h à 18h.

Galerie du Tableau

item2
item2 item2 item2
item2

Diem Perdidi est une association créée en 1990 et dont l’objet est " la promotion des artistes plasticiens de la Région Provence Alpes Côte d’Azur ".

Depuis 1991 Diem Perdidi gère la Galerie du Tableau, rue Sylvabelle, à Marseille.

C’est un petit espace agrandi par le temps. En proposant un artiste par mois, la Galerie du Tableau, n’aurait pu en vingt-deux ans n’en proposer que deux cents.

Pour l’heure ce sont deux mille expositions et plus qui ont eu lieu.

Le 17 décembre 1990, un " microbe " de Max Ernst était proposé pour l’inauguration. Une épidémie s’est, ce jour-là, déclarée.

Dans cette galerie sont exposées des oeuvres d’art contemporain avec cette singularité que les expositions se déroulent selon un rythme bimensuel. Autrement dit un lundi sur deux a lieu un vernissage. Ainsi plus de 2000 artistes, pour la plupart de la Région PACA, ont pu présenter leurs travaux à la Galerie du Tableau.

Outre cette activité régulière, Diem Perdidi organise des manifestations qui permettent des échanges internationaux : Il s’agit alors soit de permettre aux artistes de la Région d’exposer à l’étranger, soit d’organiser l’accueil d’artistes étrangers dans la Région PACA.

Diem Perdidi

Add to Google

Aldric Mathieu : exposition du 16 au 28 mars 2015

 

Aldric Mathieu génère toujours son œuvre à travers une approche qui intègre une situation concrète. Le travail de la peinture et l’espace dans lequel celle-ci se déploie sont considérés comme une unité indissociable; ils sont donc intégrés et traités sur un pied d’égalité. Pour Aldric Mathieu, la peinture n’est plus synonyme du tableau classique, mais plutôt d’un montage modulaire d’éléments picturaux isolés et analogues qui seront composées pour faire naître une formulation picturale ouverte. Les différents modules seront montés en fonction du lieu de présentation, de ses dimensions et de ses particularités; et cela de telle sorte que l’idée du tableau est potentiellement conservée - mais inachevée, à la fois en train de se constituer et de se dissoudre. Ici, se dégage une conception du tableau comme objet qui travaille moins avec une surface homogène et continue, mais plutôt en investissant le mur d’une façon qu’on pourrait caractériser de sculpturale.

Andreas Bayer, extrait du livret de l’exposition « Aldric Mathieu : Zwischen den Wänden », Kulturzentrum Am EuroBahnhof, Saarbrücken, 2014.

http://aldricmathieu.com

FreeCounter