Galerie du Tableau

bannerbas
bannerbas bannerbas bannerbas
bannerbas
supervues

yumenoshimabrett

« Je développe, depuis 2003, un travail principalement en noir et blanc : le noir, celui du médium - encre, fusain, pastel –, et le blanc, du papier, un de mes principaux supports ou de la lumière.
À l’origine de mon travail, des préoccupations : le motif, la répétition de ce motif jusqu’à sa disparition, l’acte même de faire, à la main, la variation et parfois l’erreur, le temps du faire ou du défaire ; des procédés simples (recouvrement, découpe, copie, etc.), et parfois un texte en filigrane (littéraire, souvent).
Il y a deux approches dans la conception de mes œuvres.
La première est presque de l’ordre de la pulsion, d’une évidence dans le choix du matériau, de la forme, du mode d’intervention, mais aussi d’une grande incertitude. C’est une non maîtrise sur l’objet qui va être produit, quelque chose qui échappe, mais aussi la nécessité de le faire.
La seconde est plus laborieuse et fonctionne par tâtonnements, par ajustements.
Je fais dans ce cas des essais avant de me lancer dans l’exécution de l’œuvre finale. Ce sont des questions à résoudre : quel support ? Quel format ? Quel médium ? Comment opérer ? Est-ce juste ?
À la fin, je mets en place un protocole d’actions, de gestes à exécuter. Puis je décide d’un format (ou d’un support) et d’un médium, uniques par œuvre.
Il n’y a plus qu’à exécuter – bien que, dans l’exécution, des accidents, des imprévus peuvent intervenir : dans le geste répété, la main ne retrace pas exactement, parfois elle ripe et fait varier. Dans le geste répété, le papier est contraint par l’encre absorbée ou par une pointe affutée.
La plupart de mes travaux sont des séries, qui peuvent être plus ou moins grandes ou longues à réaliser, tant dans le nombre de dessins rassemblés (8, 40, 1000, 1001) que dans leur temps de réalisation, segmenté et réparti dans une durée qui peut s’étirer. »

Leïla Brett

Leïla Brett

Partecipation au Salon de la Jeune Création
Paris, du 04 au 11 novembre 2012

PlasseLambert

Yvon Lambert et Bernard Plasse dans la reconstruction de la Galerie du Tableau à Paris